Sac à dos bandoulière

J’avais remarqué ce sac chez Nicole de l’Atelier d’Au’ et je m’étais dit qu’il pourrait plaire à mon frère. Il utilise beaucoup ce genre de sac à dos bandoulière. Lors de mon séjour chez lui il y a quelques semaines, j’ai saisi l’occasion pour lui proposer, et je me suis lancé dans la réalisation de ce Summit Pack de Cloudsplitter.

Matière et fournitures

On a profité d’une virée dans la grande ville la plus proche de chez lui, pour passer dans un Quartier des tissus et acheter le matériel nécessaire à la réalisation du sac. Dur dur les conversions pouce vers centimètres… Vous connaissez des fermetures éclair de 28,5 cm vous ? mais j’y suis allé au plus proche à chaque fois, et ça a été.

Mon frère voulait une matière un peu cuir, dans les tons marrons. J’ai assez rapidement repéré ce simili, que je ne connaissais pas, et qui pourtant est sorti depuis un moment. J’ai appris récemment que c’était le simili Club de La Mercerie des Créateurs si vous souhaitez l’acheter en ligne. Je l’ai aussi utilisé pour le sac de ma Maman et comme je vous le disais son aspect est très proche du vrai cuir, c’est assez déroutant. Il est assez épais, du coup j’étais contente d’avoir ma Toyota Power Fabriq avec moi pour le montage. J’ai choisi un coton avec un petit motif marron/beige pour la doublure. et ça s’accord bien.

La réalisation

C’est compliqué de suivre un patron en anglais quand c’est pas votre langue naturelle. Je suis pas bilingue mais en tout cas je m’en sors vraiment bien en anglais, mais il y a quand même des termes spécifiques à la couture qui des fois m’échappent. Les photos aident à la compréhension, c’est déjà ça. Jusqu’au dernier moment je me suis demandé si les finitions allaient être correctes et j’ai du découdre une fois parce que j’avais pas pris un morceau de doublure en sandwich.

En dehors de la barrière linguistique, on voit quand même des similitudes dans les patrons anglophones : cette manie de mettre un énorme tableau sur la façon de découper les pièces et dans quel tissu. C’est lourdingue et ça donne pas envie. On a l’impression d’avoir 40 découpes à faire, du mal à visualiser quel est le tissu principal du tissu de contraste, de la doublure, etc… Ce qui fait que j’ai découpé des trucs en trop, d’autres en moins.

J’ai aussi eu du mal à comprendre le sens de découpe. C’est pas un sac symétrique, donc il fallait pas se planter sur l’envers de l’endroit lors de la découpe. Sans plan de coupe c’était pas simple à appréhender ! Et encore une fois la conversion pouce/cm est pas facile : perso couper des 18,62 cm je sais pas faire. J’ai tout arrondi au demi cm supérieur à chaque fois, et ça a été.

J’ai fini par m’en sortir ! Et c’est vrai que le résultat est quand même vachement sympa. Certaines de mes surpiqûres sont pas top, top, mais j’apprivoise doucement ma nouvelle bête.

Je vous laisse avec les photos de ce sac à dos bandoulière, et à bientôt !

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Le contenu de mon site est protégé. Merci de ne pas copier mes textes ou photos.
%d blogueurs aiment cette page :