Le sac banane

Je poursuis mon exploration du livre de Elsa Giraud-Virissel, Ma fabrique de sacs. En me lançant dans la réalisation du sac banane présent dedans, j’ai rencontré ma première mini galère de patron. En fait les patrons du livre ne sont pas en taille réelle, je pensais que c’était pas grave, qu’il suffisait de les agrandir et que ça irait. Je me lance donc grâce à ma super imprimante, et là patatra, A4 bah c’est trop petit. Heureusement pour moi, j’ai une imprimante A3, donc j’ai pu agrandir le patron et du coup le reproduire facilement, mais tout le monde n’a pas ma chance, et du coup je mets un petit bémol sur ce point là. Mais soit, j’aurais pu y arriver en y passant un peu plus de temps et en le reproduisant à la main. Mais c’est beaucoup plus fastidieux.

La mini-galère du patron passé, je me lance dans la réalisation. Un conseil : on ne coud pas un dimanche soir à 22h. Non non, on le fait pas. Sinon, comme moi, on coud envers contre envers, et du coup … oui voilà, les morceaux sont à l’envers… Mon découd-vite ne m’a jamais autant été utile !

Deuxième mini galère sur ce sac, la sangle. D’abord, très peu d’explications et de schémas sur comment poser une sangle avec une coulisse et aussi, très peu d’explications sur comment la coudre au sac. Au final les quelques informations données ne me plaisaient pas du tout car avec celles-ci, j’aurais soit une couture pas assez costaud (à coup de point invisible fait à la main) ou bien apparente. Et j’aime pas les coutures apparentes. C’est pour ça que vous me verrez rarement faire des surpiqûres. Donc, après avoir cousu le premier côté de la sangle sur l’envers avec la doublure, m’être aperçue que ça n’allait pas une fois retourné, décousu, réfléchi 3 quarts d’heure, recousu, puis passé au deuxième côté, m’être aperçue qu’il aurait fallu que je mette la coulisse avant de coudre, décousu, réfléchi encore 3/4 d’heure, cousu, essayer le sac, voir la sangle beaucoup trop longue (3m c’est beaucoup trop long), décousu, coupé, avoir peur d’avoir mis la sangle dans le mauvais sens (bah oui j’veux qu’elle reste bien plate, pas qu’elle soit tordue), retourné, là OUF, c’était bon. N’empêche qu’une page de plus avec un chouilla d’explications m’aurait évité la perte de 2 heures.

Troisième déconvenu de ce sac : j’ai utilisé un des tissus imperméables reçu du lot surprise de butinette, le blanc. Et bah, très mauvaise décision. D’accord mon sac est très joli, à condition qu’on ne s’en serve pas ! La première chose que j’ai fait c’est transvaser mes affaires dedans (en ayant fait un tri, parce que le sac est bien moins grand que ceux que j’utilise d’habitude, mini-déception), et je suis parti au boulot avec ce matin. Je sens que vous me voyez venir non ? Le sac en frottant contre mon jean a pris une teinte bleutée bien bien moche… Je n’ai pas encore essayé de la nettoyer, mais à première vue, c’est déteint, et donc foutu. [Edit 25 MArs : Un coup dans la machine à laver, et il est comme neuf ! Plus une traces, ouf !]

Voilà voilà. Donc mon conseil : quand ça commence mal, on s’arrête, on essaye plus d’aller plus loin, ou alors on y revient 3 mois plus tard. Parce que là, je suis allé de déconvenue en déconvenue… et du coup je reste sur ma faim. Mais bon, je vous mets quand même quelques photos.

dsc-1227_169274_1395133608dsc-1226_169274_1395133597

Tissu blanc imperméable, butinette

Tissu de la doublure, Toto Nice

Sangle, ceinture de karaté Décathlon

2 comments

    • Cyollanne says:

      Merci !
      Ouah, je suis touchée que tu sois venue me donner ton avis ! C’est jamais facile de se dire que le « créateur » peut voir vos réalisations, souvent, on a peur de décevoir, alors du coup là je suis vraiment aux anges.
      Après désolée si j’ai pas été tendre dans mon article, mais je débute, et des fois je bute bêtement sur des détails v_v
      Merci encore de ton passage sur mon blog !

Laisser un commentaire